L’Etat à l’étoile jaune,de Guy Millière

L'Etat à l'Etoile Jaune

L’Etat à l’étoile jaune
Guy Millière
sortie le 20 avril 2013
Essai- 230 pages – 16€ en librairie
Vous pouvez commander ce livre:
– soit par chèque : 16 euros à l’ordre des Editions Tatamis,
103 rue Albert 1er, 41000 Blois
– soit par paiement sécurisé Paypal :
 
paypal securisé 

Présentation:

Faut-il y revenir encore ? Bien sûr qu’il le faut ! Les calomnies, les falsifications, les distorsions et les diffamations ne cessent pas. L’histoire est remplacée par la propagande. L’information se trouve submergée sous le flot incessant de la désinformation.
Tout se passe comme si un consentement au crime se trouvait installé dans les têtes.
Je parlerai ici d’Israël, mais en en parlant, je parlerai de bien davantage.
La situation actuelle au Proche-Orient dépasse de beaucoup le Proche-Orient. Elle est une ligne de fracture et de séparation. Civilisation ou barbarie.  Démocratie ou totalitarisme. Amour de l’accomplissement ou ressentiment criminel.

Il y a sept décennies, on avait cousu sur les vêtements des Juifs d’Europe une étoile jaune qui les désignait à la vindicte et à l’ostracisme. Un peu plus tard, les conséquences de la vindicte et de l’ostracisme sont venues. La trajectoire dessinée s’est achevée à Auschwitz.
Aujourd’hui, nul ne coud plus d’étoile sur les vêtements des Juifs où que ce soit sur terre, mais une étoile jaune plus immense s’est dessinée qui vient surplomber un pays et un peuple.
La vindicte et l’ostracisme s’installent. Les conséquences s’esquissent, inquiétantes et maléfiques. Nulle trajectoire ne mène vers Auschwitz, mais ceux qui veulent détruire Israël et, de fait, anéantir le peuple juif ont aujourd’hui d’autres moyens que les chambres à gaz, les fours crématoires et le Zyklon B. Il y a sept décennies, nombre de braves gens en Europe ont consenti, et se sont faits complices. Quelques-uns, trop rares, se sont dressés et ont dénoncé l’ignominie. Aujourd’hui, un consentement se dessine à nouveau. Une complicité. Ceux qui se dressent sont rares, bien trop rares. L’ignominie avance. Savez-vous, disais-je, de quel côté vous vous situez ? Il est des moments où ne pas choisir est une forme de choix.

Publicités
Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.