Le livre pour être heureux

Le Livre pour être heureux.gif

Le livre pour être heureux
Jean Robin
Essais
Date de parution 15/11/2013
136 pages – 10.00 € TTC
Pour vous procurer ce livre par paiement sécurisé paypal :

panier Paypal

Être heureux : ce que recherche tout être humain venant au monde sur cette terre. Le graal, l’objectif final, le désir ultime. Pourtant, peu de gens se considèrent heureux, dans un monde pourtant on ne peut plus paisible et développé. Alors où se situe le problème ? Notre thèse est la suivante : l’homme n’est pas assez conscient de ne pas être malheureux, et prend trop de petits bonheurs pour des choses normales, voire banales. On arrive donc à ce paradoxe : plus nous sommes riches, en paix, et profitant d’un confort matériel, moins nous sommes heureux.

Ce livre va permettre à chacun de ses lecteurs, individuellement, de prendre activement conscience qu’il n’est pas malheureux, donc qu’il est heureux. Par un détour vers le mal, l’horrible, le terrible, et le douloureux, chacun va pouvoir prendre conscience du bien dont il bénéficie et dont il ne profite pas suffisamment.Ce qui paraît banal ne l’est jamais, que ce soit la liberté ou la paix, la démocratie ou le fait de pouvoir manger à sa faim. Tout cela n’a pas été offert à la majorité des êtres humains venus sur cette terre depuis plus de 3000 ans, nous sommes une infime minorité à en bénéficier, sans même avoir conscience de cette chance inouïe.C’est en prenant conscience de cette chance que nous pourrons, enfin, devenir heureux.

L’auteur :

Jean Robin, journaliste et éditeur, a publié 17 livres à ce jour. De la biographie d’Alain Finkielkraut (2009) au Petit dictionnaire des débats interdits mais légaux (2010) en passant par Le livre noir de la gauche (2012), il défend la liberté d’expression, l’ouverture d’esprit et la démocratie dans son sens le plus large possible. Il a fondé une maison d’édition (Tatamis) en 2006 et un site d’information en ligne (Enquête & Débat) en 2010.

136 pages, 11 x 18 cm, 10 euros

Pour vous procurer ce livre :

– soit par chèque : 10 euros à l’ordre des Editions Tatamis, 103 rue Albert 1er, 41000 Blois

– soit par paiement sécurisé paypal :

Extraits

Guerre

Vivez-vous dans un pays en guerre ?                Oui    Non
Vos parents vivent-ils dans un pays en guerre ?            Oui    Non
Le reste de votre famille vit-elle dans un pays en guerre ?    Oui    Non
Vos amis et vos proches vivent-ils dans un pays en guerre ?    Oui    Non

Ce que signifie notamment vivre en paix :
–    pouvoir marcher où on veut quand on veut
–    sortir de chez soi sans risquer d’être tué par un obus
–    ne pas suspecter ses voisins, sa famille, ses professeurs
–    travailler pour gagner sa vie, dans le commerce ou ailleurs
–    aller à l’école (pour les enfants)
–    aller au cinéma, jouer aux jeux vidéo, se promener selon nos envies
–    vivre au calme, sans les vacarmes assourdissants des bombes et autres tirs de fusils ou de mitraillettes
–    prendre un verre sur une terrasse
–    ne pas être enrôlé de force dans l’armée
–    ne pas avoir un ou plusieurs membres de sa famille enrôlés de force dans l’armée
–    etc.

Pays en guerre au 11 juillet 2013  : Afghanistan ;  Irak ; Libye ; Mali ; Somalie ; Syrie ; Yémen.

Vivez-vous dans un pays en guerre ?    Oui    Non

Pays en risque important de guerre au 11 juillet 2013  : Congo – Kinshasa ; Egypte ; Ethiopie ; Inde (Cashmire, Jamu, Assam, Orissa) ; Iran ; Israël ; Niger ; Nigéria ; Palestine ; Philippines (l’île de Mindanao, Basilan, Tawi-Tawi, Jolo et l’archipel de Sulu) ; République Centrafricaine ; Russie (Tchétchénie, Indonésie, Dagestan, Ossetie nord) ; Sénégal (Casamance) ; Soudan ; Tajikistan ; Tchad.

Vivez-vous dans un pays en risque important de guerre ?    Oui    Non

La France a-t-elle été en guerre par le passé ?            Oui    Non

Morts français 2ème Guerre Mondiale (1939 – 1945) :
600 000 (250 000 de civils + 350 000 de militaires)

Morts français 1ère Guerre Mondiale (1914 – 1918) :
1,7 millions (300 000 de civils + 1,4 millions de militaires)

Un Français né en 1900 a-t-il connu la guerre ?            Oui    Non
Un Français né en 1900 a-t-il connu deux guerres mondiales ?    Oui    Non

Morts français dans la guerre de 1870 :
139 000 (au combat ou de maladie)

Morts français pendant les guerres napoléoniennes (1803 – 1815) :
2,3 millions (600 000 civils + 1,7 millions de militaires)
Morts français Révolution française (1789 – 1795) :
Plusieurs centaines de milliers, dont 113 000 en Vendée .

Un Français né en 1780 a-t-il connu la guerre ?            Oui    Non
Un Français né en 1750 a-t-il connu la guerre ?            Oui    Non

La France a-t-elle été en guerre de religion par le passé ?    Oui    Non

Morts français pendant les guerres de religion (1561 – 1598) :
Plusieurs dizaines de milliers.

Un Français né en 1550 a-t-il connu la guerre ?            Oui    Non

Morts français pendant la guerre de Cent Ans (1337-1453) :
Environ 10 millions.

Lors de la pax Romana entre la fin de la conquête romaine et les invasions barbares, la Gaule a connu quasiment 5 siècles de paix. A part cette période, la France n’a jamais connu un temps de paix aussi long que depuis la fin de la 2nde Guerre Mondiale, soit 70 ans.

Occupation militaire

Vivez-vous dans un pays occupé ?                Oui    Non

Pays occupés en 2013 : Chypre (par la Turquie), Palestine (par Israël), Mali (par la France), Taïwan (par la Chine), République d’Abkhazie (par la Géorgie), Somaliland (par la Somalie), Haut-Karabagh (par l’Azerbaïdjan), la République arabe sahraouie démocratique – Sahara occidental (par le Maroc), et la République d’Ossétie du Sud (par la Géorgie).

Un Français né en 1930 a-t-il connu l’occupation ?        Oui    Non
L’occupation nazie était-elle une partie de plaisir ?        Oui    Non

« Le temps des restrictions est bel et bien installé : les corbeaux et les pigeons remplacent désormais le poulet dominical, le haricot grillé, la fève cuite, l’orge et le gland à cochon relèguent bientôt le café au rang des souvenirs, les gâteaux sont servis en guise de plat principal…
Le rationnement des produits va se généraliser progressivement entre l’été 40 et l’automne 41. Il concerne non seulement la nourriture dans sa totalité, le tabac ou le vin, mais aussi les vêtements, les chaussures, le chauffage.
Chaque Français reçoit de la mairie des cartes de rationnement à son nom, frappées de la lettre correspondant à sa catégorie. Des tickets sont joints par feuilles périodiquement renouvelables pour les principaux produits. Chaque mois, les services du ravitaillement fixent la quantité de denrées concernées, quantité à laquelle chacun de ces tickets donne droit. En échange des produits fournis, les commerçants prélèvent les tickets correspondants. Ceux-ci les reversent aux services économiques afin d’être réapprovisionnés le mois suivant. Si toutefois les arrivages – et les incohérences de l’administration le permettent. Ainsi, entre le moment de la distribution des cartes, de l’inscription pour une denrée et celui de sa distribution, il s’écoule souvent des semaines, parfois des mois…
Les Français vont apprendre à gérer ce quotidien extraordinairement difficile. Ils appliquent scrupuleusement deux grands principes sans cesse rabâchés par la presse : « Ne rien perdre, faire durer ». Ainsi apprennent-ils par exemple à n’utiliser qu’1 g du savon de 100 g auquel ils ont droit chaque mois. Les « recettes de bonne femme » triomphent. En séchant, l’ail soude aussi bien que la colle forte. En faisant bouillir du lichen blanc et des graines de lin dans de l’eau, que l’on écrase et que l’on filtre, on obtient de l’huile. Plus de chocolat ? Qu’importe, la France regorge de châtaignes dont la farine sert aussi à fabriquer… de l’eau de vie… »

Sommaire

Introduction
Guerre, etc.
– Guerre
– Occupation militaire
– Dictature
– Théocratie
Maladie
Famille
Handicap
Pauvreté
Espérance de vie
Droits des Femmes
Confort au quotidien
Libertés
Autres

Advertisements
Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.