Pour une France libérée, de Christian Vanneste, 18€

france liberee (2)

Pour une France libérée
Christian Vanneste
Date de parution : 09/05/2014
300 pages – 18.00 €
Vous pouvez commander ce livre :
– soit par chèque : 18 euros à l’ordre des Editions Tatamis, 103 rue Albert 1er,41000 Blois
– soit par paiement sécurisé paypal :
 

Vidéo: Interview de Christian Vanneste

Les Français sont pessimistes, persuadés que la France connaît un déclin irréversible. De nombreux jeunes talents voient leur avenir hors de France. Pourquoi ? 
On pointe du doigt le climat décourageant pour l’initiative. Lorsque la France se regarde, elle ne se reconnaît plus. Les résultats économiques sont faiblards, l’industrie s’est effondrée, la croissance est poussive, le chômage s’accroît, la précarité et la pauvreté resurgissent. Le pays change d’image, perd son identité, ne maîtrise plus son avenir. Des espaces de non-droit se creusent. Les inégalités deviennent insupportables. Le constat est accablant, les remèdes manquent. La guérison semble attendue du mal lui-même. Beaucoup de Français veulent encore plus d’Etat-Providence et d’emplois publics. Les politiciens, par démagogie, répugnent aux réformes.

La France est prisonnière. Cette URSS qui avait réussi, avec ses 56 % de dépenses publiques, sa fiscalité délirante, sa fonction publique pléthorique, a du mal à comprendre que ce qui protège une partie de ses habitants de la crise la voue au déclin. Les chaînes qui l’entravent sont politiques, avec la médiocrité du personnel, à l’abri de la vraie vie, une gauche obsédée par ses marottes idéologiques, une « droite » dénuée de valeurs mais assoiffée d’ambitions, toujours à l’affût des idées d’en face pour ne pas louper les modes du microcosme parisien.

Bandelettée par une législation qui, sous la risée du monde, a fait du travail, et du profit plus encore, des horreurs économiques, de la richesse, un vice, muselée par des commissaires politiques qui lui interdisent de défendre son identité, paralysée par des bureaucraties qui de la commune au « machin » bruxellois, la taxent, la réglementent, la contrôlent, sans cesser de changer les règles du jeu, la France étouffe sous un Etat obèse qui ne protège pas ses frontières, n’assure pas sa sécurité, et réprime sa liberté de penser. 

L’auteur : Professeur de Philosophie. Gaulliste conservateur-libéral et catholique, il a été député RPR puis UMP. Il a quitté ce parti en 2012. Le patriotisme, la famille, la liberté de pensée, la démocratie directe et le libéralisme économique sont avec la sécurité les chevaux de bataille de celui qui avait commencé en étant adjoint à la culture de Tourcoing et Président de la Fédération Nationale des Collectivités Territoriales pour la Culture.

Advertisements
Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.