Le chaînon manqué

9782371530287.jpg

Le chaînon manqué  de Philippe LAURIA

Prix : 14€ , 170 pages, 14×20, parution: 15 Septembre.

Pour  commander ce livrevous pouvez le payer par paiement sécurisé Paypal, vous le recevrez dans 4 à 5 jours ouvrés.

paypal securisé

Présentation :
Qu’est-ce que l’évolutionnisme ? Une simple conception du monde, une philosophie de la nature actuellement dépassée.
Existe-t-il une alternative sérieuse à l’explication des origines de l’homme ? Comment récuser la transformation des espèces ? Et le Big bang ? Et la génétique ? Et les dinosaures ? Comment croire en l’existence d’Adam et Eve ou à l’Arche de Noé ? Va-t-on abandonner la science pour revenir à des mythes ?!

Cet essai rappelle les graves limites du darwinisme et les raisons sérieuses en faveur de la création. En effet, les recherches en astrophysique, en géologie ou en paléontologie amènent à rejeter, tant la lecture littéraliste que la lecture moderniste de la Bible…
Après la lecture de ce livre, on se reconnaîtra peut-être créationniste sans passer pour un demeuré.

L’auteur : docteur en philosophie, auditeur de l’Institut des Hautes études de Défense Nationale (IHEDN), est aussi l’auteur de Cantor et le transfini, mathématique et ontologie, L’Harmattan, 2004 ; Christ-Roi, politique et religion, Cep, 2006 ; Le Dieu caché, Michel Onfray éclairé par Blaise Pascal, Cep 2006 et La religion sans épines (éd. Tatamis, 2014).

Sommaire :

Dispute au Jardin des Plantes …………………………………… 7
On ne peut que croire à l’évolution ! …………………………. 11
Philosophie zoologique ou le « coup » de la girafe ……….15
Indices et fraude en faveur de Darwin ………………………..19
Où est l’adaptation et où est la sélection ? …………………..25
Mutation dans les mutations ……………………………………… 31
Quand les poules auront des dents… …………………………. 37
Dans les couches…, le brouillard ………………………………….43
Apparitions soudaines dans les strates géologiques………51
Absence de fossiles et « fossiles vivants », bien vivants..57
Les espèces ne peuvent descendre les unes des autres…61
Encore un arbre…, gare ! ……………………………………………. 65
Entre le singe et l’homme ………………………………………… …69
Le chaînon manqué et autres ratés …………………………….. 77
Rififi dans la généalogie ………………………………………………. 83
Le miracle de la vie …………………………………………………….. 89
Evolution divinement orientée ? …………………………………. 97
Teilhard peut-il échapper à l’intelligent design……………. 103
Carbone 14 et autres fables ………………………………………… 111
Quand le Big Bang explose ………………………………………….. 117
Mais alors quel est l’âge de la Terre ? …………………………..121
Intermède à propos de l’Arche de Noé …………………………127
En compagnie des dinosaures… ……………………………………133
…et des géants ! ………………………………………………………….. 137
Et ils eurent beaucoup d’enfants …………………………………..143
*
Annexes :
Une Terre jeune ? ……………………………………………………….. 155
L’hélium et l’âge de la terre ………………………………………….. 157
*
Sources des illustrations et crédits ………………………………… 159
Notes et références ………………………………………………………. 161

Extrait

ON NE PEUT QUE CROIRE A L’EVOLUTION !!!
Selon le transformisme évolutionniste, après le surgissement des premières formes élémentaires de la vie, diverses espèces animales seraient apparues dans le milieu aquatique. Puis, il y a 500 millions d’années, les ancêtres très lointains de l’homme auraient été des poissons ; ces poissons se seraient dotés de pattes et seraient devenus des reptiles lesquels auraient progressivement évolué vers des animaux à sang chaud, pour finir par ressembler à des mammifères ; parmi les mammifères une des nombreuses branches serait celle des singes anthropoïdes à l’arbre généalogique buissonnant d’où se serait dégagé le rameau singulier des homo sapiens, premiers animaux humains, pour ainsi dire, mais qui nous ressemblent en tous points.
Si l’on voulait introduire les innombrables étapes qui jalonnent ce parcours, on aurait à sa disposition des bibliothèques entières, mais l’explication de survol que nous venons d’esquisser resterait la même, se résumant d’un mot : évolution. Telle est l’explication communément ad-mise.
C’est cette « odyssée de l’espèce » que les livres de sciences naturelles et la télévision nous ont enseignée comme allant de soi. De cette théorie, qui semble aujourd’hui si « évidente », le biologiste et prix Nobel Jean Rostand disait pourtant qu’elle n’était qu’un « conte de fée pour grandes personnes », un objet de foi du fait de l’insuffisance de ses preuves :
« Il faut avoir le courage de reconnaître que nous ignorons tout du mécanisme de l’évolution. »4 (Ce que je crois, 1953).
D’après J. Rostand, la différence réelle entre les biologistes est celle-ci : « Ceux qui croient qu’ils savent et ceux qui savent qu’ils croient. »
Nous ne pouvons qu’admirer l’honnêteté de ce savant qui avouait rester évolutionniste faute d’explication alternative : « On ne peut que croire à l’évolution », disait-il.
Cinquante ans sont passés depuis que Rostand a prononcé ces phrases et les savants n’ont pas plus de preuves que le célèbre biologiste n’en avait. Par exemple, c’est à peu près dans les mêmes termes que le professeur et biogénéticien Michael Denton – ancien directeur du Centre de génétique humaine de Sydney, un des spécialistes mondiaux des maladies génétiques des yeux – concluait en 1985 son célèbre livre Evolution : une théorie en crise ? Cet ouvrage montrait, une fois de plus, que le darwinisme répond davantage à un besoin de représentation du monde, qui compense la perte de l’explication religieuse, qu’aux critères d’une véritable science empirique.
Pourquoi cette théorie, que des savants illustres ont rejetée et qui manque des éléments qui seraient réellement décisifs pour sa démonstration s’impose-t-elle aussi puissamment sur les esprits ?

Découvrez nos nouveautés et publications.

Suivez-nous via notre page Facebook: Editions Tatamis